NON à Val Tolosa - Non aux Portes de Gascogne

Gardarem la Ménuda!

Collectif citoyen contre le projet inutile et nuisible de méga-centre-commercial «Val Tolosa» ex «Portes de Gascogne» à Toulouse - Plaisance du Touch, Plateau de la Ménude

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

A venir

Prochaine réunion :  le mercredi 9 mars 2016.

Lieu et horaire : 20h30, à la Maison des associations, derrière la mairie de Tournefeuille (plan d'accès)

Prochain Évènement : en préparation

 

Dans les médias.

►►►Voir l'article "Val Tolosa : ce centre commercial qui soulève la résistance"

 

Suivez nous en temps réel sur Facebook ou Twitter

Soutenez l'action | Contactez-nous |

Les nouvelles

- Les adhérents du collectif s'expriment

Suite aux derniers rebondissements de la saga "Val Tolosa", des adhérent(e)s nous ont adressé des textes où ils font part de leur stupéfaction. Si vous aussi, vous avez été choqué(e) par les derniers évènements et si vous souhaitez partager vos analyses, faites-nous parvenir vos textes à  contact@gardaremlamenude.com. Nous les publierons avec votre nom et qualité après validation du bureau.

 

- L'Etat nomme un médiateur : revue de presse

Après la réunion de "médiation" à l'Elysée, le communiqué du préfet et celui de Jutta Dumas, présidente du collectif (voir ci-dessous), les réactions de la presse...

Lire la suite...

- COMMUNIQUÉ : Que signifie le mot «médiation» pour nos élus ?

En réponse au communiqué de presse du préfet de la Haute Garonne du 14 janvier 2016, nous tenons à préciser les points suivants :

  • Le collectif n’a pas été invité à cette réunion, ni le maire de La Salvetat St.Gilles, ni le président du Conseil Départemental du Gers. Pourtant, ils ont clairement exprimé leur opposition au projet de Val Tolosa. Ainsi les  voix des opposants étaient  écartées d’entrée de jeu.
     
  • Le fait de répéter que le promoteur dispose de toutes les autorisations nécessaires ne le rend pas vrai pour autant.

Pour mémoire: la Cour Administrative d'Appel de Bordeaux qui devait siéger ce mardi 12 janvier 2016 était sur le point de statuer sur la validité du permis de construire accordé en septembre 2009. Selon les conclusions du rapporteur, le permis de construire devait être annulé. En 48 h, retournement de situation, un nouveau mémoire déposé in extremis le samedi 9 janvier pour essayer d’entraver  la procédure en cours et éviter un jugement en faveur des opposants est, contre toute attente, accepté par la Cour. Celle-ci annule l’audience et la reporte à une date ultérieure à définir et permet la réouverture du dossier au vu des «éléments nouveaux» qui ne le sont qu’en apparence. Gageons que la suite de la procédure sera à l’image de cet épisode.
 

  • Selon  les termes employés, la «médiation» proposée par les pouvoirs publics se limite à la volonté de se conformer aux exigences des lois en vigueur pour la protection de l’environnement.

Aucune autre critique du projet, exprimée depuis de longues années et prise en compte par de nombreux élus locaux, des maires et présidents de Conseils Départementaux quant à la pertinence du projet quinze ans après sa conception, n’entre dans son  périmètre : destruction de lien social, sur les court, moyen et long termes, destruction d'emplois de proximité et d'ailleurs, augmentation considérable de la circulation déjà saturée dans le secteur.
 

  • Le choix de l’Élysée pour cette  première réunion aurait pu signifier le souci du chef de l’État de persuader les dirigeants d’un des poids lourds du CAC 40 de se retirer d’un terrain devenu de plus en plus hostile à leur projet.

Malheureusement c’est  le contraire qui s’est produit : l’ombre de l’ex-PDG d’Unibail-Rodamco, Monsieur Guillaume Poitrinal, devenu conseiller spécial de François Hollande, a dû planer au-dessus de cette réunion avec le résultat navrant de l’abandon pur et simple de toute remise en cause du projet initial.
 

Dans ce cadre là il n’est guère étonnant que la mission de médiation ait reçu l’aval du porteur de projet, il est moins sûr qu’elle puisse trouver un écho favorable de notre côté.

 

 

- L'audience à la Cour d'Appel de Bordeaux annulée, une réunion de conciliation à l'Elysée : revue de presse

Mardi 12 janvier 2016, La Cour Administrative d'Appel de Bordeaux devait examiner notre recours contre le permis de construire du centre commercial Val Tolosa. Nous avions connaissance des conclusions du Rapporteur Public qui étaient en notre faveur.

Le 11 janvier, nous avons été informés que l'audience était reportée, suite au dépôt le 9 janvier, par les avocats d'Unibail, "de nouveaux éléments".

Quelques heures plus tard nous apprenions qu'une "réunion de conciliation" était annoncée à l'Elysée (!) pour mercredi 13  janvier, à laquelle étaient conviés le promoteur du projet, Unibail-Rodamco, et des représentants des collectivités locales concernées.

Pour une coïncidence...

 

Lire la suite...

- COMMUNIQUÉ : L’abandon définitif du projet Val Tolosa : et si c’était en 2016 ?

affiche_val_tolosa_-_dec._2015_web-page1.jpg
 

La nouvelle année commence sur les chapeaux de roues pour le  collectif et ses partenaires. Et cela ne fait que renforcer notre volonté de transformer en décision définitive les avancées que nous avons pu obtenir en 2015 :

  • arrêt depuis le 22 septembre 2015 des travaux du chantier de la déviation de la RD 82, nécessaire à la réalisation du centre commercial 
  • demande de suspension de tous travaux et déclaration défavorable au centre commercial dans sa configuration actuelle par la Majorité du Président du Conseil Départemental Georges Méric
  • vote unanime d’un vœu contre Val Tolosa par le Conseil Départemental du Gers et son président Philippe Martin
  • présentation d’un vœu contre Val Tolosa par l’ensemble de l’opposition du Conseil Municipal de Toulouse suivi d’un débat
  • une prudente réserve formulée par le président de la CCI de Toulouse quant à la pertinence de ce projet 20 ans après sa conception

Il nous reste à convaincre le promoteur du projet Unibail-Rodamco et le maire de Plaisance-du-Touch que le contexte économique, social, environnemental et politique a été profondément bouleversé depuis l’origine du projet et exige désormais une nouvelle conception du développement économique, adaptée aux exigences d'aujourd'hui et surtout de demain. Nous restons confiants dans nos capacités à y parvenir. Avec cette volonté, nous avons organisé :

 

  • La distribution de notre nouvelle plaquette d’information
    un tirage total de 19.000 exemplaires pour les deux communes de Tournefeuille (11.800) et Plaisance (7.200), dont l’impression a été entièrement prise en charge par l’association des commerçants de Tournefeuille «Mon Village» et la distribution sur Plaisance par notre réseau d’adhérents et sympathisants (une vingtaine de personnes)
     
  • La tenue, à l'initiative de l’association «Mon Village», d’une conférence-débat à Tournefeuille le jeudi 7 janvier avec comme invitée Martine Donnette, la présidente de l'association «En toute franchise »[http://entoute-franchise.com/]. Plus de 200 personnes ont assisté, dans une salle comble, aux échanges argumentés démontrant clairement que l’avenir du commerce ne doit  pas être celui que nous proposent les géants de la grande distribution alimentant les intérêts purement financiers des promoteurs immobiliers. 

 

debat_7_janvier_2016.jpg
 

Dans notre actualité, nous nous préparons à assister ce

Mardi 12 janvier à 13h45

à l’audience auprès de la Cour Administrative d’Appel de Bordeaux qui doit examiner notre recours contre le permis de construire délivré en septembre 2009. Pour mémoire, nous avions attaqué ce permis auprès du Tribunal Administratif de Toulouse. Après audience en  novembre 2013, notre recours a été retoqué et nous avons fait appel en janvier 2014. 

Nous tiendrons un point presse le lendemain Mercredi 13 janvier à Tournefeuille à 19h00 avant notre réunion mensuelle des adhérents à la salle verte de la Maison des Associations. 


 

Lire la suite...

- Nos voeux pour 2016...

 

texte_film.jpg

 

Affiche_Val_Tolosa_-_Dec._2015_WEB.pdf

 

Lire la suite...

- Démocratie participative : le recul

Le 24 octobre 2015, le Collectif Non à Val Tolosa a participé, à La Salvetat St Gilles, à une rencontre de collectifs du Sud-Ouest engagés dans des luttes contre des Grands Projets Inutiles et Imposés. Cette réunion avait 2 objectifs :

- Faire le bilan des promesses faites quelques mois auparavant par François Hollande et Ségolène Royal de mettre en oeuvre les conclusions de la Commission Richard

- Organiser la convergence de ces luttes qui se heurtent régulièrement au déni de démocratie qui caractérise la gestion de ces Grands Projets.
    Jean-Pierre Baro, de TV-sol, était sur place. Retrouvez son reportage ici.                  TV-Sol - www.tv-sol.org  

 

 

- A l'occasion de ses 10 ans, le collectif "Non à Val TOlosa" a réactualisé la plaquette de présentation de son combat.

   (  Voir en annexe )                                                                                     

Plaquette_Val_Tolosa_-_couverture.bmp

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- Mis en cause par la campagne de communication des promoteurs du projet de centre commercial Val Tolosa, le président du conseil départemental réagit.

En réponse à une campagne très offensive de l'équipe Unibail/Mairie de Plaisance s'adressant très clairement à Georges Méric, Président du Conseil Départemental, celui-ci s'est exprimé dans les colonnes de La Dépêche.

Fabrice Valéry, journaliste à France3 Midi-Pyrénées,, s'est intéressé à cette vaste et très coûteuse opération de lobbying...

- Revue de presse

Quelques réactions après l'audience de Jutta au Tribunal de Grande Instance...

Lire la suite...

- COMMUNIQUÉ : La présidente attaquée en justice

Communiqué du 18 novembre  2015

La présidente attaquée en justice
 

Nos actions de blocage du mois de septembre ont eu le résultat - provisoire ?- escompté, à savoir l’arrêt du chantier de la déviation de la RD 82. Par contre, comme nous l’avons déjà fait savoir,   elles ont eu des suites judiciaires  pour  Jutta Dumas.

En effet, l’entreprise Guintoli a déposé une plainte pour entrave à exécution de travaux publics, travaux qu’elle avait commencé à  entreprendre au nom du promoteur Unibail-Rodamco sur le plateau de la Ménude..

Une audience aura lieu ce

Jeudi 19 novembre 2015 à 10h30  au Tribunal de Grande Instance

Palais de Justice, 2 allées Jules Guesde à Toulouse

Nous invitons tous nos adhérents, sympathisants et citoyens opposés comme nous au projet du méga-centre commercial Val Tolosa à Plaisance-du-Touch à venir à partir de 10h00 pour un rassemblement sur le parvis du Palais de Justice.

Un point presse avec l’avocate y est prévu à ce moment-là. Elle vous renseignera plus en détail sur les faits reprochés et les questions légitimes que nous nous posons quant au bien fondé de cette procédure.

Le promoteur, après avoir subi des désaveux en cascade du monde politique et des critiques de plus en plus nombreuses venant du monde professionnel du commerce, essaie-t-il de faire taire les critiques par l’intimidation d’une citoyenne ?

Le poids d’une entreprise du CAC 40 et de son armada de juristes au service d’un projet de moins en moins crédible ne saura faire oublier où est le vrai intérêt général et où est l’intérêt purement financier.

Le rassemblement est annoncé et autorisé.

- Le Conseil Départemental du Gers à l’unanimité contre Val Tolosa !

Logo Conseil Départemental du Gers

Lors de leur dernière session de l’année 2015 à Auch ce vendredi 30 octobre, les élus du département du Gers se sont prononcés à l’unanimité contre le projet du méga-centre commercial Val Tolosa à Plaisance-du-Touch. C’est à l’initiative de la députée et vice-présidente du Conseil Départemental Gisèle Biemouret que le groupe des élus socialistes, radicaux et républicains a présenté un vœux en présence d’une délégation du collectif contre ce projet aux portes du Gers.

Lire la suite...

- Communiqué commun des collectifs GPII du Sud-Ouest

Plaisance-du-Touch, le 25 octobre 2015

Communiqué commun des collectifs

Grands Projets Imposés Inutiles du Sud-Ouest

Dans la nuit de 25 au 26 octobre 2014, Rémi Fraisse meurt par l’explosion d’une grenade offensive lancée par un gendarme sur le chantier du barrage de Sivens. Le 27 novembre 2014, François Hollande annonce lors de la troisième Conférence environnementale que des leçons vont en être tirées. Il dit que « Sivens exige d’accomplir des progrès supplémentaires dans la participation des citoyens » et s’engage à lancer un « chantier sur la démocratie participative » sur 6 mois dont les conclusions « seront aussitôt mises en route ».

Les collectifs de lutte à Sivens et Notre Dame des Landes sont invités à une audition auprès du Sénateur Alain Richard en charge de ce chantier. D’autres associations également confrontées à des grands projets inutiles et imposés (GPII) obtiennent d’y être entendues. Lors d’une audition collective de 13 mouvements, 20 propositions sont faites pour améliorer la démocratie participative et prévenir ces conflits. Le 5 mai 2015, Ségolène Royale s’engage à ce que les propositions du rapport Richard figurent dans la loi de juillet sur la transition énergétique. Un mois plus tard, le rapport Richard « Démocratie environnementale : débattre et décider » propose « d’inscrire dans la loi l'organisation d'une participation du public en amont d'un projet, dès le stade de l'avant-projet ou du programme qui le fonde »

Que s’est-il passé depuis ?

  • Les propositions de la commission Richard n’apparaissent pas dans la loi de transition énergétique.

  • La loi Macron a été adoptée grâce au 49.3. Dans son article 29, elle vise à sécuriser les projets de construction en limitant les risques de démolition même en cas d’annulation des permis de construire. Elle se donne également le pouvoir de décider par ordonnance (donc sans consulter le Parlement) les réformes de la démocratie participative

  • La loi sur la surveillance et les propositions de la commission d’enquête sur le maintien de l’ordre sont une entrave supplémentaire au militantisme.

  • Les expulsions musclées des occupants de plusieurs sites menacés (Ferme des Bouillons, XXXX), les tentatives de passage en force de Val Tolosa et pour la LGV GPSO sont autant d’exemples qui illustrent les fausses bonnes intentions du gouvernement.

Que dire des promesses présidentielles non tenues mais pire encore du recul flagrant de la démocratie ? Le gouvernement Valls durcit sa position et loin d’apaiser les oppositions aux grands projets inutiles et imposés (GPII), il prend le risque d’une radicalisation de leurs mouvements. Ces décisions reflètent-elle une réelle intention qu’un drame comme celui de Sivens ne se reproduise pas ?

Devant cette régression démocratique, nous nous réunissons afin de passer à la vitesse supérieure, d’agir collectivement pour faire entendre nos voix que l’on veut museler.

Nous serons entre autres aux rassemblements régionaux sur la COP 21 du 29 novembre et au forum européen des GPII au Pays Basque en juillet 2016. Nous continuerons à dénoncer les conflits d’intérêts et à veiller à la préservation de l’environnement.

Nous nous battrons ensemble afin que les GPII ne deviennent pas de Grands Projets Invisibles et Insoutenables pour notre démocratie.

Signataires :

Le CADE (Collectif des Associations de Défense de l’Environnement du Pays Basque et Sud des Landes), le Collectif des Terres Fertiles (Agen), le Collectif de Sauvegarde de la Zone Humide du Testet, l’association France Nature Environnement, Attac 65, AADUR (contre le Leroy Merlin à Albi), TGV du Bruilhois et de l’Agenais, Collectif Non à Val Tolosa (Plaisance du Touch), ACTIVAL (Association Contre le Tunnel Inutile dans les Vallées d’Ailleurs et du Lavedan), CEA (Collectif Ecologique Ariégeois), l’ADRISE (l'Association de Défense des Riverains des Stations d'Epuration                

A VOIR : le reportage de Jean-Pierre Baro, de TV SOL      logo_tv-sol.bmp

 

        

 

 

- À la Foire BiÔ Garonne !

Foire BiÔ Garonne 2015 - ERABLES 31
 

C'était dimanche 18 octobre : dès 7 heures du matin, les exposants de la Foire BiÔ Garonne commençaient à s’installer sous une pluie légère et vivifiante. L’horaire revêt une importance toute particulière car ces « hippies  verts », comme ils sont trop fréquemment surnommés, n’ont pas hésité à se lever tôt pour défendre des valeurs intemporelles ! Tout cela sous l’œil bienveillant et professionnel d’une flopée d’animateurs et de dirigeants de l'Association «ERABLES 31», que l’on remercie au passage.

Lire la suite...

- Revue de presse

Le communiqué publié par le Groupe socialiste, Radical et Progressiste (voir rubrique info) a suscité de nombreuses réactions particulièrement relayées par la presse.

Lire la suite...

- Communiqué du Groupe Socialiste, radical et progressiste 31

Mardi 13 octobre, le groupe majoritaire du Conseil Départemental de la Haute-Garonne publie un communiqué dans lequel il se déclare défavorable au projet Val Tolosa dans son dimensionnement actuel. Il demande à l'Etat d'organiser son réexamen.

Lire la suite...

- Plus de 300 personnes sont venues nous soutenir sur le plateau de La Ménude samedi !

 
 

Samedi 26 septembre, le soleil était au rendez-vous pour accompagner les manifestants mobilisés contre le projet de centre commercial Val Tolosa. En écho aux journées du patrimoine qui avaient lieu le week-end précédent et pour "clôturer" la semaine de l'environnement organisée par la mairie de Plaisance de Touch, le collectif Non à Val Tolosa avait préparé une visite guidée du site afin de permettre à chacun de se rendre compte de l'énormité du projet.

Lire la suite...

- Article Friture: "Val Tolosa : les travaux continuent, les opposants se mobilisent"

"Cela risque de devenir une habitude. Au matin du 15 septembre des opposants au gigantesque centre commercial Val Tolosa se sont rassemblés sur le plateau de la Ménude à Plaisance-du-Touch (31). .."

Lire la suite...

- Compte-rendu du blocage du 15 au 18 septembre

vlcsnap-2015-09-20-11h01m40s134.png
 

Suite à l'action du lundi 7 septembre nous avions pu obtenir une déclaration sans ambiguïté de la part de Georges Meric, Président du Conseil Départemental. Celui-ci demandant à Unibail de cesser les travaux. Or dés le lendemain l'injonction était ignorée par le promoteur et les travaux ont repris.

Devant le fait accompli, le collectif NON à Val Tolosa, après avoir communiqué sa déception de voir une firme multinationale ignorer les demandes d'apaisement, a décidé un blocage indéterminé du chantier sur le plateau.

Voici un retour sur la semaine d'action sur le terrain :

Lire la suite...

- COMMUNIQUÉ : Que valent l’appel au calme et la demande de suspension immédiate des travaux du patron du Département ?

 

Communiqué du 11 septembre 2015

 

Suite à notre action de blocage de l’accès au chantier de la déviation de la RD 82 au petit matin du lundi 7 septembre, le collectif a eu la  satisfaction de pouvoir lever le camp en fin de matinée en découvrant  sur le compte twitter de Georges Méric des messages encourageants. Que l’on en juge:

Audit en cours sur engagements pris par mon prédécesseur. C’est sur cette base que le Conseil Départemental se prononcera dans les prochains mois.

Dans attente conclusions audit, j’appelle tous les acteurs à l’apaisement et je demande la suspension immédiate de ces travaux.

Pourtant, les jours suivants, le chantier a repris comme si de rien n’était. Et pour bien montrer qui est le patron et qui décide, une autre entreprise a entamé  de nouveaux travaux sur une autre parcelle, pour préparer la future base de vie destinée aux engins, matériaux, algecos etc…avec accès grillagé via la D24.  Avec l’accord du Conseil Départemental ?

Au vu de ces éléments, nous nous posons les  questions suivantes:

  • Le délai de réflexion que s’accorde M. Méric jusqu’à la fin de l’année, doit-il servir à trouver une solution négociée de sortie des engagements antérieurs ou doit-il permettre au promoteur de continuer le chantier en toute quiétude et de nous mettre ensuite tous devant le fait accompli ?
  • La pression réunie des lobbies du BTP, de la grande distribution, d’élus complices et surtout d’un poids lourd du CAC 40 tel qu’UNIBBAIL-RODAMCO aurait-elle raison de l’intérêt général, celui des citoyens et habitants de notre région ?
  • Quel poids ont nos élus face aux intérêts financiers d’une multinationale ?

Pour renouveler notre opposition au projet de VAL TOLOSA  et pour contrer ces manœuvres,  nous appelons à une grande manifestation sur le plateau de la Ménude le samedi 26 septembre à 11h00. En écho aux journées du patrimoine,  nous y organiserons des visites guidées du site afin de permettre à tout un chacun de se rendre compte de l’énormité du projet, de la destruction programmée d’un espace naturel précieux à proximité de Toulouse et de la menace de disparition pure et simple de tout un pan de commerces de proximité dans les communes de l’ouest toulousain et du Gers limitrophe.

 

Lire la suite...

- page 1 de 18