Aller à la recherche

Cantonales 2011 - Toulouse 13 - Elisabeth Lavernhe candidate du Front de Gauche

 

>> Voir les réponses et les positions des autres candidats pour les Élections Cantonales Haute-Garonne 2011

 

Elisabeth LAVERNHE candidate du Front de Gauche aux cantonales XIII dit NON aux portes de Gascogne.

Elle adhère au collectif et soutient activement leurs Actions.

Elle s’engage, si elle est élue, à s’opposer fermement au déclassement des routes concernées qui rentrent dans le champ des missions du Conseil Général.

Aujourd’hui, dans le secteur et en un moment où tant de laissés pour compte ont de plus en plus de mal à "joindre les deux bouts", nous n’avons nullement besoin d’un nouveau "Temple de la consommation". Il est temps, en effet de se donner d’autres priorités.

En tant qu’adjointe au Maire de Colomiers, avec la municipalité, nous agissons, dans le cadre de l’Agenda 21 pour un développement harmonieux entre urbanisation et zone verte, avec préservation de la biodiversité.

Nous favorisons le commerce de proximité, facteur de lien social, nous voulons également éviter la perte d’emploi laquelle sera inévitable, à plus ou moins long terme, si ce projet se réalise.

Alors que faire de cet espace ?

Dans la région Toulousaine, il n’y a pratiquement plus de maraîchers, de plus en plus les grandes villes dépendent pour leur ravitaillement des transports. Pour des raisons de coût de production, il est souvent fait recours à des produits du Sud à la main d’œuvre bon marché ? Pourtant la question du coût du transport devient, chaque jour plus incontournable, se pose aussi la question de l’environnement, sans parler de l’épuisement programmé des carburants d’origine fossile non renouvelable.

Pourquoi ne développerions-­‐nous pas, sur ce site, une agriculture paysanne qui profiterait à tous, garantissant des emplois locaux d’une part, une qualité de production d’autre part et participerait également à la préservation de l’environnement en s’appuyant sur le principe selon lequel "En matière d’alimentation tout ce qui peut se produire localement doit l’être, c’est une question d’indépendance alimentaire de survie des populations locales bref de simple bon sens".

 

 

Publié le 5 mar. 2011 par le Collectif

Page top