Aller à la recherche

Cantonales 2011 - Tournefeuille - Stéphane Renaux candidat Europe Écologie Les Verts

 

>> Voir les réponses et les positions des autres candidats pour les Élections Cantonales Haute-Garonne 2011


Europe Ecologie Les Verts Haute-Garonne

Partit Occitan
Élections cantonales mars 2011

Tournefeuille, le 28 février 2011

A l’attention du Collectif
« Non aux Portes de Gascogne - Gardarem la ménude ! »

Vous nous avez interpellés en tant que candidats aux élections cantonales de Mars 2011
sur notre position sur le projet des Portes de Gascogne. Depuis 5 longues années, ce projet
soulève de vives protestations sur l’ouest toulousain et au delà. Durant ces années de lutte,
d’attentes, d’espoirs et aujourd’hui d’inquiétude, nous - élus et militants d’Europe Ecologie-Les
Verts et du Parti occitan confondus - nous sommes venus à plusieurs reprises exprimer sur la
Ménude notre opposition à ce projet hypertrophié, de la même façon que nous nous opposons
à tous ceux qui lui ressemblent.

Alors que le permis de construire est délivré, que les travaux sont programmés pour la
fin de l’année 2011, que les bulls des promoteurs s’apprêtent à couler dans le béton le refus de
plus de 15 000 personnes (résidents, commerçants, auquel s’ajoutent quelques élus du
secteur), à passer outre sur de nombreux avis autorisés, dont celui du SMEAT1, le Conseil
Général de la Haute-Garonne détient entre ses mains le devenir de la Ménude.

Le non déclassement des accès routiers qui relèvent de la compétence du Département
est pour l’heure, seul en capacité d’arrêter ce projet démesuré.
La responsabilité des futurs conseillères et conseillers géréraux est donc immense.

Au sein du Conseil général, mais aussi chaque fois que nous le pourrons, nous
l’affirmerons : Oui, les mégas, les hypers, sont dépassés. Oui, ces projets qui prennent en
otage des consommateurs obligés de brûler un carburant toujours plus cher pour acheter des
produits qu’ils ne trouvent plus près de chez eux, qui transforment en parkings de précieuses
terres, qui drainent de multiples nuisances, sont obsolètes.

Nous dénoncerons un bilan calamiteux en termes d’emplois. La grande distribution
détruit des emplois dans les commerces de proximité, à raison de 1 emploi – souvent précaire -
créé pour 3 à 5 détruits dans les centres « bourgs », ce qui pénalise les « sans voitures », les
personnes âgées ou isolées qui font leurs courses dans leurs quartiers.

Nous ne céderons pas au chantage économique, à ce triplement, voire à ce quadruplement
annoncé de la fiscalité locale, et auquel nous croyons d’autant moins que nous sommes sur
l’aire toulousaine pourvu en « grandes surfaces » au delà de la moyenne nationale.
Les eldorados de l’hyperconsommation sont condamnés. Le lent mais constant mouvement de
désaffection par les ménages de la grande distribution montre que nos concitoyens veulent
autre chose.

A quoi aspirent ils ? A trouver près de chez eux des commerces et des services de
proximité. A ne plus être pris en otage par le piège du suremballage. Ceux qui fuient l’agression
consumériste, la pub qui génère de la frustration, quand ce n’est pas de l’endettement pour les
plus fragiles.

Tous les seaux de peinture verte qui seront déversés sur les Portes de Gascogne et sur
ses clones pour les rendre grenello et climato-compatibles, toutes les stratégies qui seront
déployées pour transformer ces temples du consumérisme en lieux où règnerait le bonheur
d’acheter, seront vains.

Enfin, aux élus qui s’en remettent à de tels projets pour récupérer de la fiscalité, nous
disons qu’à l’heure de la conversion écologique de l’économie, ils ont à portée de décision, des
gisements d’emplois pérennes à conquérir, des centaines d’emplois socialement utiles,
économiquement durables et écologiques à créer sur leurs communes, à condition de dire
«non » à d’illusoires bouées de sauvetage économique. A condition que le Département joue
également cette carte là à leurs côtés.

Nous espérons que ce projet ne verra pas le jour et nous mettrons tous les moyens que
nous aurons à notre disposition pour nous y opposer. Nous restons solidaires dans cette lutte
contre ce projet désastreux, qui en cache quelques autres et sur lesquels nous nous
opposerons, avec la même force et la même conviction.

Pour la coordination départementale d’Europe Ecologie les Verts et les candidats aux élections
cantonnales de mars 2011.

Isabelle Meiffren et Stéphane Renaux.
http://stephanerenaux.eelv-cantonales.fr/

[1]
Le SMEAT (syndicat d'étude chargé de la cohérence des politiques urbaines de 117 communes de l'aire
toulousaine) a avis défavorable sur le dossier soumis à l’enquête publique.


 

 

Publié le 5 mar. 2011 par le Collectif

Page top